x
secheresse

Episodes de forte chaleur en France et dans le monde

Un mois de mai surprenant en France

La France fait face depuis deux semaines à un épisode de chaleur exceptionnel. Ce pic de chaleur est très inhabituel pour la saison et va surement faire de ce mois de mai, le plus chaud jamais enregistré dans notre pays. 

Un épisode de chaleur intense provoqué par le réchauffement climatique. Dans le sud de la France, certains records de températures ont été battus ce mercredi 19 mai avec 35°C dans la ville de Gironde, une première depuis 2002. 

Il n’est pas rare d’observer quelques épisodes de forte chaleur, la différence se fait par leur durée. En France depuis le 11 avril et jusqu’à ce jour, les températures enregistrées par Météo France étaient au-dessus des normales de saison. Soit une période d’environ 35 jours consécutifs au-dessus de la normale.

La situation devrait rapidement changer avec un rafraîchissement attendu samedi dans le Nord mais le Sud du pays devrait rester particulièrement chaud.

 

D'où proviennent ces températures ?

Pour le moment ces températures peuvent être expliquées par la dépression située au large de l’Irlande qui permet à une masse d’air chaud en provenance du Maghreb de remonter sur la France. 

C’est donc bel et bien un épisode de forte chaleur et non pas une vague ou un dôme. Une vague de chaleur se forme lorsque l’indicateur thermique national dépasse les 25,3°C sur une durée de trois jours consécutifs, ce qui n’est pas le cas actuellement. Le dôme de chaleur, lui, se manifeste lorsqu’un anticyclone stagne au-dessus d’un territoire et paralyse d’importantes masses d’air qui maintiennent la chaleur.

 

Le point de vue d’un professionnel 

Le météorologue Olivier Proust expliquait récemment le phénomène en France. Premièrement les fortes températures de ce printemps sont expliquées par une masse d’air qui s’étend du Maghreb jusqu’au nord de l'Europe. Et oui, cette montée de températures explique le fait que nous sommes actuellement dans le réchauffement climatique. Ici cela nous choque car les températures sont très chaudes mais les effets du réchauffement climatique sont observés sur toutes les saisons, on observe une présence de masses d’air plus chaudes sur toute l’année. 

La situation actuelle ne présage pourtant en rien une situation caniculaire pour cet été. En effet, l’épisode actuel n’a pas d’influence sur les prochains mois. Toutefois cela révèle qu’il suffit que le vent ne provienne pas du bon côté pour atteindre des températures extrêmes. Météo France observe une circulation qui favorise l’air monté du Sud et donc des potentielles vagues de chaleur.

 

Le réchauffement climatique

Ces phénomènes extrêmes provoqués par le réchauffement climatique vont être amenés à se répéter. En effet, il y a une hausse des températures sur la zone inter-tropicale qui arrive chez nous. Ce qui est donc exceptionnel aujourd’hui va devenir très courant avec le temps.

L'institut météorologique de France rappelle que ces chaleurs vont devenir plus fréquentes et vont même s’installer plus précocement au printemps.

Cette situation observable en France n’est rien par rapport à certaines zones de la planète dans lesquelles les phénomènes extrêmes sont déjà réguliers. En Inde et au Pakistan les températures dépassent même les 50°C. 

L’activité humaine continue de provoquer ces phénomènes notamment avec la combustion du charbon et d’autres énergies fossiles. Beaucoup de pays sont concernés par ces fortes chaleurs comme l’Argentine, le Paraguay, la Chine ou encore la Turquie.

 

L’arrivée de la sécheresse

La majorité de la France est menacée de sécheresse pour cet été. Le ministère de la transition écologique a publié une carte des risques de pénuries estivales en eau. Cette carte se compose de 76 zones classées en alerte et de 26 en alerte renforcée.

A ce jour, aucune zone du territoire n’est assurée d’échapper à un manque d’eau. Il a très peu plu durant l’automne 2021 et l’hiver 2022, périodes durant lesquelles les précipitations alimentent les nappes souterraines. Cette recharge a donc été particulièrement faible. Ainsi, 22 départements présentent un risque très probable de sécheresse d’ici la fin de l'été. 

Les agriculteurs s’inquiètent pour leurs récoltes après un épisode de gel qui a déjà beaucoup affecté la croissance de leur cultures. 

 

Le rapport du GIEC

Le 4 avril dernier, les experts du climat de l’ONU faisant partie du GIEC ont publié un nouveau rapport consacré aux solutions pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. Le GIEC représente le groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, il rassemble actuellement 915 États membres. Les préconisations publiées dans le rapport ont comme objectif de limiter le réchauffement climatique à 1,5°C et donc de limiter ses effets. 

Les experts suggèrent de remplacer les énergies fossiles telles que le charbon, gaz et pétrole par des sources d'énergie bas-carbone ou neutres afin de limiter la hausse mondiale des températures. Actuellement tous les pays doivent contribuer au changement du mode de consommation pour atténuer les émissions de gaz à effet de serre, et même avec toutes les participations une certaine part du changement climatique est jugée inévitable.

Il ne s'agit plus d’empêcher le réchauffement climatique dans le monde mais de le limiter le plus possible. En effet, le GIEC a aussi informé quant aux effets actuels du réchauffement climatique sur les populations et écosystèmes de la planète. On observe trois gros impacts :

  • une réduction de la disponibilité des ressources en eau et en nourriture
  • une baisse de 50% des aires de répartition des espèces animales et végétales
  • un impact sur la santé dans toutes les régions

Ce sont des effets déjà constatés et irrémédiables qui, de plus, sont aggravés par la pauvreté et l’accès limité à certains services et ressources. Actuellement, environ 3,4 milliards d’humains vivent dans des situations très vulnérables au changement climatique comme par exemple au Pakistan, qui subit une vague de chaleur très alarmante. 

 

Actuellement, les épisodes de forte chaleur ont donc un impact sur le réchauffement climatique et l’on ne peut avoir la main sur ces phénomènes. La seule chose qui peut être réalisée par l’homme désormais, c’est de réduire son émission de gaz à effet de serre pour permettre au réchauffement climatique de ne pas s’empirer.

 

 

 


 

BFMTV - Le Monde - France Info - Vie publique - OMS

 

 

 

 

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.