x
biosample_variant_lambda

Le variant Lambda : un variant dangereux ?

D’où vient le variant Lambda et où circule t’il ?

Le variant Lambda circule depuis décembre 2020 en Amérique du Sud principalement. C’est au Pérou qu’il circule majoritairement où il représente 80% des infections. Cependant il a également été détecté dans plusieurs pays européens comme la France ou le Royaume-Uni. Son taux d’infectiosité semble élevé et similaire à celui du variant Delta. Ce variant est aussi appelé C.37 et alerte la communauté scientifique car il présente un ensemble de mutations inédit.En effet, la protéine présente dans ce variant permettant de contaminer des organismes compte sept mutations d'intérêt au total. Jeff Barrett, directeur de la “COVID-19 Genomics Initiative au Wellcome Sanger” Institute au Royaume-Uni explique que "l'une des raisons pour lesquelles il est difficile de comprendre la menace de Lambda, en utilisant des données informatiques et de laboratoire, est qu'il présente un ensemble de mutations plutôt inhabituel, par rapport à d'autres variantes". Ce variant entraînerait un taux de contagion élevé selon une étude de l’université de Santiago au Chili. Cette étude se base notamment sur une comparaison entre le variant Alpha (variant britannique), le variant Gamma (variant brésilien) et le variant Lambda. Yannick Simonin, virologue à l’université de Montpellier, rappelle cependant que « s’il est à suivre, on manque encore d’informations pour se prononcer ».

"L'une des raisons pour lesquelles il est difficile de comprendre la menace de Lambda, en utilisant des données informatiques et de laboratoire, est qu'il présente un ensemble de mutations plutôt inhabituel, par rapport à d'autres variantes"

"Il représentait 50% des échantillons prélevés à Lima (...) et maintenant c'est environ 80%. Cela suggère un taux de transmission plus haut que les autres variants"

 

Comment le variant a t’ il été identifié ?

L’identification du variant lambda semble tenir son origine d’un cas spécifique en Argentine. Ce cas fut observé chez un jeune homme qui s'est rendu en Argentine. Ce dernier  présentait des symptômes respiratoires compatibles avec une infection virale. Il fut testé positif au SRAS-CoV-2 quatre jours après le début des symptômes et fut admis dans un hôpital en raison de l'aggravation des symptômes qu’il présentait. Son transfert dans une unité de soins intensifs de l'hôpital de Clínicas de Porto Alegre s’est fait par la suite. Des analyses ont ensuite été réalisées afin d’identifier le virus contaminant le patient. Après ces analyses un nouveau variant fut découvert,  l'échantillon 203_LABRESIS, à la base des analyses, fut classé comme variant C.37. 

"Pour le moment il n'y a pas de preuve qui suggère qu'il est plus agressif que les autres variants"

 

Le variant Lambda est-il dangereux ?

Selon Pablo Tsukayama, docteur en biologie moléculaire de l'université Cayetano Heredia au Pérou, le variant Lambda "est devenu le variant dominant au Pérou en très peu de temps". Il explique aussi que le variant Lambda était à l’origine de d’une infection sur 200 lorsque celui-ci a été répertorié en décembre. À la fin du mois de mars "il représentait 50% des échantillons prélevés à Lima (...) et maintenant c'est environ 80%. Cela suggère un taux de transmission plus haut que les autres variants". Cependant il est bon de noter que les scientifiques ne sont pas encore arrivés à un accord à propos de la dangerosité du variant Lambda. Jairo Méndez Rico, conseiller sur les infections virales émergentes à l'OPS déclare notamment que "pour le moment il n'y a pas de preuve qui suggère qu'il est plus agressif que les autres variants".

 

Le variant Lambda résiste-t-il aux vaccins ?
Le variant Lambda inquiète aussi en raison de sa potentielle résistance aux vaccins, comme c’est notamment le cas avec le vaccin CureVac. Curevac a notamment été soumis à l’essai au sein d’une société basée à Tübingen en Allemagne. Le 16 juin dernier la société a annoncé selon les données préliminaires d’un essai sur 40 000 personnes que leur vaccin à deux doses n’est efficace qu’à 47% pour prévenir la maladie. Le vaccin à ARN messager de CureVac était censé être moins cher et durer plus longtemps en stockage réfrigéré que les précédents vaccins. Les dirigeants de CureVac attribuent les mauvais résultats au nombre élevé de variantes du coronavirus, y compris les variantes émergentes telles que le coronavirus comme la variante Lambda. Une autre étude publiée le 3 juillet par l'école de médecine NYU Grossman, évoque de son côté que les vaccins sont en réalité efficaces contre le variant.  Cependant, aucune de ces  études n'a encore été examinée et étudiée par les pairs. Ainsi, il va falloir attendre pour avoir quelque certitude sur le variant Lambda.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.